Beaufort

À Westende, à quelques pas de la Caterpillar 5 bis de Wim Delvoye et de Olnetop de Nick Ervinck, cachés derrière une dune et à peine visibles de la Zeedijk, les deux pavillons de I can hear it, une installation d’Ivars Drulle, artiste letton, pour Beaufort 2012.

Beaufort

La statue d’André Gretry (1840)

“Peu de temps avant sa mort, le célèbre compositeur André Grétry avait témoigné le vœu que son coeur fût remis à la ville de Liège, comme preuve du sincère attachement qu’il avait conservé pour sa ville natale1.”

Si André Grétry est enterré au cimetière du Père-Lachaise, son coeur serait revenu à Liège au terme d’un long procès. Son neveu par alliance voulait conserver cet héritage macabre. Pour une question de prestige, semble-t-il.

L’urne, toujours visible au fond de la niche aménagée dans le socle en calcaire de la statue, contiendrait ainsi le coeur du compositeur liégeois.

LA STATUE D’ANDRÉ GRÉTRY, DE L’UNIVERSITÉ AU THÉÂTRE.
Le sculpteur belge Guillaume Geefs réalise la statue en bronze.

Inaugurée en 1842, elle est initialement installée face l’Université, place du 20 août. Elle doit être déplacée en 1866 afin de céder la place à la statue d’André Dumont.

La statue d’André Grétry est alors placée devant le Théâtre de Liège, un grand bâtiment néo-classique réalisé en 1820 par Auguste Dukers.

D’après Franz Liszt, Liège serait “la première ville à élever une statue à un compositeur 2”.

HOEFER F., Nouvelle biographie universelle générale, Paris, 1858 ↩
Frans Liszt est de retour a Liège visites au château de la comtesse d’Argenteau, in Le Soir, 27 juillet 1994. ↩
Share on Facebook