Beaufort

À Westende, à quelques pas de la Caterpillar 5 bis de Wim Delvoye et de Olnetop de Nick Ervinck, cachés derrière une dune et à peine visibles de la Zeedijk, les deux pavillons de I can hear it, une installation d’Ivars Drulle, artiste letton, pour Beaufort 2012.

Beaufort

Les Machines de l’Île, l’Arbre aux Hérons et le renouvellement urbain de Nantes

Après Bordeaux, le périple le long de la côte Atlantique nous mène à Nantes et à son Grand Eléphant. Après avoir malheureusement loupé le passage de l’Aéroflorale à Liège, c’est un plaisir de découvrir la magie des Machines de l’Île. Et cet univers si particulier, imaginé par François Delaroziere, directeur artistique de la compagnie La Machine.

Les Machines de l’Île, l’Arbre aux Hérons et le renouvellement urbain de Nantes

Pastéis de nata, les meilleures pâtisseries au monde.

Belém, c’est le quartier de Lisbonne d’où sont partis les grand explorateurs portugais, tels que Vasco de Gama en 1497. Ce faubourg est connu pour sa Torre de Belém, le Mosteiro dos Jerónimos (Monastère des Hiéronymites) du début de XVIe siècle en style manuélin, pour son impressionnant Centro Cultural. Et, surtout, pour ses Pastéis.

2018-04-15-Belém
Le Centro Cultural face au Mosteiro dos Jerónimos à Belém (2016).

Depuis 1837, la Fábrica dos pastéis de Belém prépare ces pâtisseries selon la recette traditionnelle (et secrète) héritée du Monastère des Hiéronymites.

Au centre de Lisbonne, au coin de la Praça Luís de Camões dans le quartier du Chiado, la pastelaria Manteigaria figure parmi les meilleures alternatives pour goûter ces pastéis de nata.

Avec leur flan et leur fine pâte croustillante, saupoudrées de cannelle et d’un soupçon de sucre glace, ces petites tartelettes sont une véritable tuerie. À savourer tiède, et de préférence sur place.

Le quotidien The Guardian a d’ailleurs classé, dans un article de 2009, les Pastéis parmi les cinquante meilleures spécialités culinaires au monde.

Processed with VSCO with hb1 preset
Préparation des pastéis de nata dans la boutique portuane de Manteigaria. – Rua de Alexandre Braga 24, 4000-049 Porto.

 

 

Le graal des brunchs chez O Ninho.

Des œufs, du lard, des tomates au thym, des haricots blancs. Et des toasts au cottage cheese, avec de la ciboulette. Le graal des brunchs, avec de très belles nuances dans les saveurs. La surprise sympathique, ce petit resto à la déco élégante. Un peu à l’écart, dans une des rues de l’Alfama, qui serpente autour du Castelo de São Jorge, l’ambiance y est tranquille. Zen, presque. Et on y parle français, en plus. Maravilhoso ! 

O Ninho Porto 1.JPG

O Ninho. – R. São Cristóvão 17-19, 1100-514 Lisboa, Portugal.

Atalho Real.

De la viande à se damner. Une ambiance chaleureuse et décontractée. Le tout dans les caves voûtées du Embaixada, concept-store hype installé dans l’ancien palais Ribeiro da Cunha, dans le quartier de Príncipe Real. J’y ai goûté un wagyū. Parfait. Accompagné d’un délicieux Adega de Borba Reserva 2013. Une adresse à retenir – et, vu l’affluence, sans doute pas inutile de réserver.

Atalho Real. – Calcada do Patriarcal 40, Lisbonne.